« Contemplation et Ressourcement dans la Présence », 06-13 mai 2017, Ouessant (Bretagne)

IMG_3687_2

Une semaine en silence, entre contemplation, méditation et alimentation vivante.

Une retraite co-organisée par Frère Fabkhi (L’instant précieux), Sylvie Ramel (Cuisine végétale. Un peu sauvage), et Gérard Ignace (Ar Marmouz Fol).

IMG_3687_2Cette semaine sera centrée sur la contemplation et l’Alimentation vivante, dans le silence. Au creux de cette île située à 1h15 de l’ouest de la pointe du Finistère, nous alternerons les moments d’assises (env. 3 heures/jour), les temps d’échanges en groupe, des promenades dans la nature et les enseignements de quelques-unes des bases de l’alimentation vivante.

A noter qu’il sera possible, sans frais supplémentaires, de venir sur place déjà le vendredi 05 mai. Le nombre de participant-e-s est limité à 10 personnes.

Durant la semaine de retraite, nous vous demanderons : abstention de la parole, des téléphones portables, des appareils photos, ainsi que des substances telles que café, thé, tabac, ou drogues. Il y aura des possibilités d’écriture et de dessin sur les temps libres.

Participation financière :
– logement: 150€ /semaine
– ingrédients pour les repas: 100€/semaine
– corbeille de générosité (dana) pour les différents enseignements, chacun rétribuant les enseignants selon ses possibilités, en conscience.

Par ailleurs, prévoir :
– voyage Brest-Ouessant, ou Le Conquet-Ouessant : 34€
– le voyage jusqu’à Brest
– éventuel logement à Brest le vendredi 05 mai : environ 30€

 Infos & inscriptions :
Sylvie Ramel : sylvie@cuisinevegetale.ch • 0041 (0)78 753 37 36 • http://www.cuisinevegetale.ch
Gérard Ignace : ignace.gerard@wanadoo.fr • 0033 (0)6 71 38 83 39 • http://ouessant-gite-chambres.com

Infos : http://www.linstantprecieux.org

La cuisine végétale… pour les herbivores, les gourmands et les esthètes!

Légumes de saison

retour_marche_ballensAujourd’hui, un moment bouleversant au marché à la ferme, à Ballens: je suis carrément tombée en pamoison face aux carottes Purple! Violet intense, presque noir. Quelques touches plus claires au cœur. Et lorsque, au fil des fruits et légumes posés en vrac, je regardais avec tendresse les camaïeux de violets, de verts et d’oranges qui s’accumulaient dans mon panier, j’ai eu une pensée par ces mots prononcés l’autre jour par une cliente : « je trouve beau d’être contemplatif ».

Alors, oui, je le répète souvent : la base d’une bonne cuisine, c’est d’abord de dénicher les beaux et bons produits. Ces produits qui vous rempliront le cœur à peine déjà posés au coin de la table, sans encore rien en faire. Et c’est ainsi que je place parfois un bouquet de côtes-de-bettes pendant près d’une semaine sur le plan de travail. Jour après jour, je les caresse du regard, je m’attarde sur la beauté simple de leurs nervures blanches, jaunes, rouges ou roses, sur le croquant de leurs feuilles vertes. Ce n’est que bien plus tard que je songerai à les braiser brièvement à la poêle, ou à en faire un délicieux jus vert, agrémenté d’un jus de citron, d’une tombée d’huile d’olive, d’une pincée de sel et de quelques quartiers de pommes.

Et donc, de fait, ces fameux légumes, ces choux-fleurs violets, ces romanescos, ces choux Katharina, ces betteraves allongées, ces radis noirs croquants, ces carottes de toutes sortes, c’est le centre de la scène ! Autour de ces splendeurs s’agencent bien sûr une tombée de quinoa, quelques grains de millet, ou un peu de sarrasin. Peut-être ajouterons-nous une galette à base de flocons de pois-chiches, ou quelques lentilles, pour compléter et équilibrer le tout. Ou alors un simple pesto de fanes de carottes, pour ses protéines vertes. Et puis, pour épouser le pourpre des carottes, un houmous de betterave rose éclatant.

lentilles&galette_1Une telle approche emmène ainsi la cuisine végétale bien au-delà du quotidien, vers une esthétique du beau et bon à manger, vers une méditation gourmande, et même vers une certaine recherche de l’extase culinaire. Le tout dans une rigoureuse simplicité, qui s’attarde à sélectionner un maximum de fruits et légumes bio, de saison et de proximité, à garder les produits aussi bruts que possible, en les travaillant de manière subtile, par petites touches colorées, épicées ou fleuries. Oui, je m’emporte. Mais c’est justement cette passion du beau et du bon, dans la créativité du quotidien, que je cherche à transmettre dans mes ateliers-découvertes. C’est en effet dans les joies simples et quotidiennes que je tente de cultiver une certaine forme de bonheur.

Mais assez de mots. Pour les gourmands pressés, la recette du houmous de betterave est à retrouver ci-dessous. Le reste est à découvrir lors du prochain atelier d’introduction à la Cuisine végétale, lundi 16 novembre, 18h30-21h30, à Renens-Village (CHF 85.-/personne). Nous y explorerons les règles de base d’une alimentation végétale équilibrée, au-delà des produits laitiers, du soja, du gluten et autres allergènes. Et d’ici là, allez donc faire un tour au marché !

Houmous de betterave crue

  • Peler une betterave et la découper en petits cubes ;chou_fleur_pourpre_1
  • Placer les cubes de betterave dans un mixer quand même assez costaud ;
  • Ajouter un jus de citron ;
  • Ajouter une pincée de sel ;
  • Ajouter 3 c.s. de tahina (purée de sésame) ;
  • Ajouter ½ dl d’eau (ou plus, si nécessaire, pour ajuster la consistance) ;
  • Mixer. Déguster.